• * Grave

     

    Streaming

    Téléchargement

     

    Dans la famille de Justine tout le monde est vétérinaire et végétarien. À 16 ans, elle est une adolescente surdouée sur le point d’intégrer l’école véto où sa sœur ainée est également élève. Mais, à peine installés, le bizutage commence pour les premières années. On force Justine à manger de la viande crue. C’est la première fois de sa vie. Les conséquences ne se font pas attendre. Justine découvre sa vraie nature.

     

    * Grave * Grave * Grave

     

    Réalisateur : Julia Ducournau

    Durée : 1h38

    Année : 2017

     

    Casting

    Garance Marillier, Ella Rumpf, Rabah Naït Oufella, Laurent Lucas.

     

    Mon avis

    Pour un film traitant du cannibalisme, ça peut mettre mal à l'aise. Je pense, d'ailleurs, ne pas oublier de si tôt la scène du doigt. Film simple et qui ne cherche pas à en faire des tonnes : c'est efficace. A voir !

     

    Anecdotes

    * Avant Grave, premier long-métrage au cinéma pour la réalisatrice Julia Ducournau, il y avait Mange, un téléfilm réalisé pour Canal+ en 2012, et Junior, un court-métrage de 21 minutes. À chaque fois, la cinéaste traite de métamorphose physique :

    "Mange était très punk avec beaucoup de sexe, de drogues… Le film a été interdit aux moins de 16 ans sur Canal. C’était l’histoire d’une ancienne obèse qui recroise la personne qui lui a pourri la vie au collège et veut se venger. JUNIOR, c’est la mutation reptilienne d’une ado très garçon manqué en jeune fille. GRAVE s’inscrit dans la continuité de mon court-métrage. Mes héroïnes portent d’ailleurs le même prénom, Justine et sont toutes les deux interprétées par Garance Marillier", confie Ducournau.

    * La réalisatrice Julia Ducournau précise que ses indications de jeu passent principalement par le corps, c'est de cette manière qu'elle travaille notamment avec son actrice fétiche, Garance Marillier :

    "J’ai d’abord demandé à Garance de se tenir très droite, le menton relevé pour suggérer cette sorte d’assurance un peu naïve. Peu à peu, elle modifie son regard, sa façon de se tenir. Le menton de plus en plus baissé pour avoir un regard par en-dessous plus aiguisé, précis et inquiétant", explique la cinéaste.

    * Selon la réalisatrice Julia Ducournau, elle a intitulé son film Grave car c'est un mot utilisé à tort et à travers et que son utilisation est devenue galvaudée, perdant de sa signification et de sa force. Pour la cinéaste, Grave signifie la gravité, au sens physique du terme, quelque chose qui nous tombe dessus, nous cloue au sol, un poids que l’on porte tous. C’est tangible, concret, important : "Dans mon film, le mot n’est utilisé que dans une seule séquence, lorsqu’Adrien demande à Justine : « Je veux savoir si tu es dans un délire SM ou si c’est plus grave que ça. » Justine ne dit rien. Elle va dans sa chambre puis revient et lui dit : « C’est grave. » Immédiatement après, ils baisent. C’est parce qu’ils se disent la vérité, qu’ils peuvent faire l’amour."

    * Présenté lors d'une séance de Minuit au Festival de Toronto, Grave de Julia Ducournau a quelque peu secoué les festivaliers. Selon Ryan Werner, qui s'occupe du marketing du film sur place, certains spectateurs se seraient évanouis lors de la projection ! La dernière fois que Werner a été confronté à cette situation, ce fut pour Antichrist de Lars Von Trier. Dévoilé au Festival de Cannes à la Semaine de la Critique en mai dernier, le film a fait sensation, mettant certes le spectateur dans un état de malaise profond.

    * Aux Etats-Unis, des cinémas ont eu la bonne idée de distribuer des sacs à vomi aux spectateurs venant voir Grave, au cas où ceux-ci se sentiraient mal devant le film de Julia Ducournau, dont les effets sur l'estomac seraient assez dévastateurs selon l'expérience de certains cinéphiles.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :